Dans quel état est le mec qui a découvert que notre organisme peut encaisser au maximum 120 volts ?

18.5/20
Tranquille, vivant, devant un cadavre
14/20
Dans quel état était la femme qui a découvert que son organisme pouvait encaisser au minimum 120 orgasmes ?
13/20
Lui nickel, ses patients peut-être un peu moins.
Ca me rappelle un proverbe que j'avais entendu à l'époque où j'étais jeune et étudiant en médecine : l'avantage quand on est médecin, c'est que dès qu'on fait une erreur, on l'enterre.
17.5/20
C'est la monnaie de quel pays ?
11/20
Cette question ne sous-entendant absolument pas qu'un organisme soumis à une tension de plus de 120 volts subit la moindre séquelle ou décède dans les plus brefs délais;
sachant que les risques de l'électricité sur l'organisme ne dépendent pas de la tension, mais de l'intensité et du temps:qu'il faut par conséquent, pour tuer un homme sec, par temps sec, le soumettre à un courant de 1 A durant une seconde, ce qui correspond soit dit en passant pour une résistance du corps dans ces conditions a une tension de 50000 V, d'après la loi d'ohm, la question ne précisant d'ailleurs pas le temps d'exposition, je ne vois qu'une seule réponse, possible......hannnnn(reprend sa respiration)

Le mec se trouve dans l'état du Colle-au-radeau.
11.5/20
Dans quel état? Mort. Ma prof d'histoire en cinquième nous racontait que sous le nazisme, les scientifiques allemands profitaient de cobaye juifs pour faires des test explicites. Entre autres, qu'es ce que ça fait si je lui met 50V dans la tête?

Tenk => Faux et vrai aussi mais surtout faux

Un homme sec => Plus de 60% du corps est composé d'eau.

Le courant brule, c'est en effet lui qui commet les dégâts.
Mais la seule valeur à considérer est la tension (U), qui est acceptable selon la personne et les conditions (par ce que la tension est l'élément qui fait que le courant passe ou pas et détermine implicitement la quantité de courant(A) qui circule).
Selon la norme (la réalité c'est 2 fois supérieur en moyenne), en sec 50V, humide 24V, immergé 12V. Et ça c'est en alternatif, en continu, c'est une autre histoire, des conséquences similaires mais pas exactement les même.
On va se cantonner à l'alternatif sinon y'en a pour 3 pages.

On considère qu'un corps adulte fait 1Khoms (norme). Loie d'ohms (faisons simple) => U=RI (avec 10mA) 1000x0.01=10V.
En clair tu prend si t'as pas de chance, que la peau de tes doigts est fine et tu attrape les deux bornes à la sortie de ton adaptateur de basse qualité(oui ça n'arrive pas souvent), une borne dans la main gauche, une dans la main droite tu risque de mourir. 10mA étant le seuil de non lâcher qui comme l'indique contracte tes muscles tellement fort que tu ne les contrôle plus et tu te transforme tranquillement en radiateur électrique.
Et ce avec 10Volts selon la norme, on contera environ 20Volts selon les personnes dans la réalité.

Alors oui moi aussi je me suis déjà prit du 230Volts dans le bras, est ce que j'avais les pieds et mains nus? Est ce que le courant est passé par mon cœur par exemple? État de santé, temps d'exposition et j'en passe.
10.5/20
Ahh, je n'étais pas au courant qu'on avait fait cette expérience.
:D
11.5/20
Et pourtant il paraît qu'entre les nazis et les juifs le courant passait pas bien
10.5/20
@SuperGandhi: Je reconnais que mes chiffres sont totalement inventés.Cependant, je me dois de répondre à ces accusations, j'accepte donc ta provocation en duel:

homme sec: si un homme est en sueur, sous la pluie où sort de la baignoire(paix à Claude-François), il est mouillé. Si sa peau n'est pas recouverte d'une pellicule d'eau, il est sec 60% ou pas.

50000V correspond à une résistance de 500000Ω: totalement inventé.

Sinon, je maintiens que seuls l'intensité et le temps sont à prendre en compte, en voici la preuve:

C'est l'intensité qui tue. Avec un courant alternatif :

Vers 1,1 milliampère, le sujet ressent une sensation de choc légère

Vers 9 milliampères, apparition de contractions plus ou moins diffuses, avec contractions des muscles respiratoires et bronchiques vers 25 milliampères

De 80 milliampères à 3 ampères peuvent apparaître des fibrillations ventriculaires en fonction du trajet du courant

A partir de 2 à 3 ampères, une inhibition nerveuse persistante peut apparaître sur le trajet du courant

Au-delà de 4 ampères, on observe un arrêt cardiaque en contraction


Les ampères tuent et les volts brûlent.
Au-delà de 1 500 volts, la peau n'a plus aucun rôle protecteur.

Les chiffres précédents concernent le courant alternatif de 50Hz.
Avec le courant continu, il faut des intensités 4 fois plus élevées pour obtenir les mêmes seuils d'action.

L'intensité des brûlures et les risques de fibrillation varient en fonction du temps de contact.
Le risque de fibrillation n'apparaît que pendant la période réfractaire partielle soit 20 % du cycle cardiaque.
Le trajet du courant doit passer par le coeur pour induire une fibrillation.

Sinon, le mec était dans un état déçu, même très déçu:
Il avait parié qu'on pouvait encaisser jusqu'à 123V.
10.5/20
Homme sec => sortie du bain, ok, j'ai pas lu comme ça. Ca fait parite des conditions, effectivement. :D

Mais j'insiste onprend on compte la tension pour je le réécrit, mais d'une autre façon.

La tension influe directement sue la quantité de courant, plus il y a de tension, plus il y a de coutant. Bon jusque la ça revient au même. Sauf que l'intensité c'est plus pratique à prendre en compte.

Mais la chose qui détermine l'ampleur du volume du corps exposé au courant est la tension. Plus il y a de tension et plus de muscles organes sont touchés.
Et surtout, tu peut prendre une alim capable de fournir autant de watts que tu veut, si la tension n'est pas suffisante pour les conditions dans lesquelles tu te met en exposition, tu te prend pas de châtaigne du tout (tension de claquage => tension à atteindre pour passer outre l'isolant).

C'est pour ça que les normes électriques parlent en tension, milieu sec 50V, etc... C'est elle qui décide d'un danger potentiel ou non, en claquant l'isolant ou non, et en influant directement sur l'intensité.

Mais l'intensité reste la chose qui commet les dégâts, pas de soucis., mais elle reste dépendante de la tension :p .

Seuls les dispositifs différentiels parlent en intensité car, à défaut de ne pouvoir empêcher quelqu'un de se prendre une châtaigne sous 230V, ils essayent qu'elle soit pas trop violente trop longtemps.

J'ai passé mon rappel à l'habilitation elec il y a 2 mois :p
10/20
@Philoskat : Ils s'entendaient tellement bien, que les Nazis pour saluer les juifs dans les camps disaient "Salut, ça gaze ?"
10/20
Oui, on est d'accord.

La puissant P du courant, définie par P=u*i=r*i²=u²/r,
si on considère le corps comme une simple résistance.

Le corps traversé subit alors un échauffement thermique
ΔT=k*P*t/C,
où k est une constante qui dépend de la fréquence du signal.
C la capacité thermique du corps traversé, supposée quasiment constante.

Cet échauffement thermique dépend de la puissance du signal et du temps d'exposition.
C'est là que la tension joue un rôle important, car elle modifie les propriétés thermodynamiques des matériaux.

Le courant, lorsqu'il traverse l'organisme se propage essentiellement dans les voies de moindre résistance, c'est-à-dire les nerfs.
C'est là que l'intensité est importante, car elle actionne les mécanismes comme la contraction des muscles et les battements du coeur.
Là il faut prendre en compte l'intensité du signal, sa fréquence et le temps d'exposition.La tension est aussi nécessaire, mais son unique rôle est de modifier les propriétés de la matière pour permettre le passage du courant.
La sollicitation des muscles entraine des dégâts dus à leur activation répétée dans un rythme mal soutenu par l'organisme. C'est comme si on pinçait trop violemment une corde de guitare à plusieurs reprises, elle finit par casser.
En résumé, il faut retenir que:

-La puissance, qui dépend de la fréquence,la tension et l'intensité, provoque des dommages thermodynamiques physiques.
L'intensité ne provoque pas de dégâts à proprement parlé mais en stimulant abusivement les muscles, elle provoque leur dégradation, en particulier le coeur qui peut entrer en fibrillation.

Donc si on veut bien abimer un organisme, il faut lui soumettre une forte tension, qui diminuera sa résistance et entrainera un fort échauffement thermique, ce qui occasionnera des dommages au niveau de la structure de la matière.
L'intensité produit des dégâts plus softs, car elle se contente des choquer et arrêter le coeur.Un secours rapide permet donc de réanimer la victime sans séquelles.

Tu as donc raison quand tu dis que la tension occasionne les plus lourds dégâts.
Mais le mieux reste l'intensité, c'est plus propre, plus efficace, et on use moins d'énergie.

Après,pour prévenir des risque, la résistance du corps déterminée, on peut en tension ou intensité, mais j'avoue ne pas connaitre les normes en vigueur.

Bravo, beau duel SuperGandhi.
10.5/20
ça dépend de l'ampérage.....
Ba,je pense qu'il est mort et que ce n'est pas lui qui a fait cette découverte ou l'expérience.

Proposer une réponse

Poser une question Valider des questions
les tshirts QALC