Pourquoi quand on va mal on écoute de la musique déprimante et on refuse de parler aux gens qui veulent nous aider à aller mieux ?

Parce qu'on a tendance à se conforter dans notre malheur plutôt qu'à vouloir nous en extirper.
10.5/20
 non normalement c'est hyper simple à faire
10/20
Parce qu'on va mal ?
...
@philo: c'est simple mais chiant, faut appuyer sur plusieurs touches, c'est très fatiguant. =)
J'M'EN FOUS DE CE QUE VOUS DITES DE TOUTE FACON VOUS AVEZ JAMAIS ETE MES AMIS !
BOUHOUHOUHOU.. SNIF..

Laissez moi écouter la bande originale de Requiem for a Dream.. T-T
Si on refuse de parler aux gens c'est avant tout parce que dans notre société, la faiblesse est rejetée, que nous sommes nous même convaincu de cette idée, et que par conséquent on se refuse intérieurement d'admettre que l'on va mal, accusant les événements d'être injustes et tenant à tout pris à éviter que quelqu'un nous fasse remarquer cette faiblesse, ce qui le placerait dans une position de force à laquelle notre égo est totalement opposée. Par ailleurs, la situation nous place face au dilemme suivant, y trouvant des parades de défense insensée.

Que peut m'apporter une tierce personne?
-du réconfort? impossible, elle ne peut comprendre ce que je ressens et je n'aurais droit qu'à son mépris ou si elle est honnête, ses propres doutes. Deux les deux cas je risque seulement d'aller plus mal.

-Une solution? Impossible, je n'arrive pas à en trouver une, il est impossible qu'elle en connaisse une. Elle va donc forcément mentir et je devrais soit supporter son mensonge, soit supporter sa colère si je lui fais remarquer son mensonge.

-De l'amour? Impossible, je vais si mal qu'il est impossible qu'une telle chose existe encore.

Conclusion: Le monde est contre moi, donc cette personne est venue se moquer de ma faiblesse et de toute façon se fiche de mon état, elle vient me voir uniquement parce que sa tranquillité à été irritée par mon état.

Je suis donc seul face à ce monde qui m'a rejeté(souvenez vous, vous rejeter la faiblesse sous la pression de la société et avez céder à cette faiblesse. Vous êtes donc rejetable et par la même rejeté) et mon seul recours est de me réfugier dans un monde qui me comprend. Un monde qui acceptera ma faiblesse, où je serais compris. Ce monde pourrait être moi même, mais à l'intérieur ce cache le rejet de la société. Je ne suis donc en sécurité ni à l'extérieur du monde ni à l'intérieur de moi même qui n'est que le reflet de mon désespoir.
Ma seul chance est donc de fuir la réalité aussi loin que possible,nooooooon pas le suicide, je n'est pas encore abandonner tout d'espoir d'un jour revoir la lumière de la quiétude. Me refusant également à sombrer dans la folie pour superposer mes fantasme à ce monde qui me désespère tant, Mon seul recourt se trouve dans un moment de mon passé. La musique, m'aidera à me connectée à ce passé, mais pas une musique joyeuse qui me rappellera cruellement que ce sentiment m'a quitté, mais une musique déprimante, car elle pourra résonner dans mon âme blessée est faire vibrer mon coeur dans cette harmonie qu'il a perdu. J'attendrais ainsi que la vie veuille bien me reprendre en son sein, ou que le temps me fasse oubliez cette blessure qui me ronge ce qui me redonnera la force ou l'illusion de continuer à vivre dans ce monde qui n'est qu'une façade où nous avançons à l'aveugle vers le néant.

Joyeux n'est-ce pas?
Je vous rassure tout de suite, je n'ai jamais été dans cet état d'esprit, et si vous n'êtes pas d'accord avec ce que je viens de raconter, tant mieux, cela veut dire que vous vous en sortirez.
Si par contre vous n'êtes pas d'accord avec le moment où je parle de suicide et de folie et bien, euh.... De quoi on parlait déjà.

Bon ben ça c'était de la question à la con.
Au fait, qui pourrait me citer un titre de chanson bien déprimante. Mais non c'est pas pour moi, c'est pour un ami.

Non, sérieusement, moi c'est "un homme anonyme" de Patrice Maktav, et vous?
10/20
@Tenk: pas mal mais je suis pas tout à fait d'accord, il se passe rarement une semaine sans que j'ai une baisse de moral (plus ou moins importante certes mais certaines fois ça atteint des sommets, ou plutôt des abysses) et je sais que les autres peuvent m'aider mais je refuse parce que dans ces moments là je suis curieusement en paix, tout est calme dans un monde qui va si vite, je suis tranquille, je vois (ou j'ai l'impression de voir) les choses un peu plus clairement (mais c'est pas super joyeux en général).

C'est un peu comme si on mettait le monde sur pause pour pouvoir s'attarder sur chaque détail, par contre les contreparties sont l'ennui, la mélancolie (c'était mieux avant) et d'autres choses du même genre.

Moi j'apprécie cet état (mais je dois être un peu maso).
@Tenk: je suis pas tout à fait d'accords avec toi, il se passe rarement une semaine sans que j'ai une baisse de moral (certes plus ou moins importante), des fois ça atteint des profondeurs assez abyssales.

Mais si je refuse l'aide des autres c'est pas parce que notre société refuse la faiblesse (au contraire, j'ai l'impression que par rapport aux siècles précédent on l'accepte plutôt bien vu qu'il y a beaucoup d'aides en tout genre pour les personnes quelque soit leur(s) problème(s)), de plus mon égo est (effectivement) très développé mais il ne souffre aucunement de recevoir de l'aide, même d'un personne que j'aurais tendance à jugé plus faible que moi, quant à l'amour c'est un truc que je ne connais pas (je ne suis jamais tombé amoureux) donc j'avoue que j'aurais tendance à prendre ça pour des bêtises.

Si je refuse de l'aide c'est parce que je connais bien cette situation (et l'inconscient à très peur de l'inconnu, c'est pour cela que certaines personnes ont des pannes de réveil lorsqu'elles ont un rdv qui peut changer leur vie, en gros l'inconscient censure, demandez à votre prof de philosophie pour des explications de meilleures qualité) et que j'ai tendance à l'apprécié.

Quand je suis dans cet état j'ai l'impression de voir les choses plus clairement, avec un regard net, plus tranché, un peu comme si le monde se mettait sur pause autour de moi pour que je puisse l'examiner dans les moindres détails, évidemment il y a quelques "effets secondaires", renfermement sur soi (à la limite ça je m'en fou, j'ai tjrs été solitaire), ennui (logique, tout va plus lentement) et d'autres trucs du même genre (dsl si je suis pas clair mais je suis devant la télé, ça n'arrive qu'une fois par semaine donc...).
9.5/20
           vous voulez pas plutôt aller voir là à la page 6 ? :
http://www.qalc.fr/question/Existe-autres-masculins-squelette-terminent-106500/7
10/20
@Gloomi:Je vois que tu as réfléchi à ma réponse et ça me fait très plaisir.

Je tiens à préciser que mon texte ne se veux pas absolu, mais représente le schéma de pensée possible d'une personne désespérée. Il est donc volontairement subjectif et partial, et je le rappelle ne représente absolument pas mon opinion personnelle.
Comme je le précise à la fin, si tu n'es pas d'accord, c'est que tu es en pleine santé.

La question précise par ailleurs,"quand on va mal" et il semble que ce que tu décris est ton état naturel, donc tu ne correspond pas à la description.

Sinon, Nakys ne se lave pas avec du mir couleur mais avec du V4NYS, comme on peut le voir dans cette question:
http://www.qalc.fr/question/Pourquoi-finissent-centimes-sachant-utiliser-74314
9.5/20
Quand on a que l'amour... à s'offrir en partage...
@Tenk: ça pourrait faire un sujet intéressant de savoir si mon état normal doit-être considéré comme normal parce que c'est mon état naturel ou bien comme anormal car plus mélancolique qu'une personne lambda.
10.5/20
Bouhouuuuuuuu personne veut venir m'aider sur mon http://www.qalc.fr/question/Existe-autres-masculins-squelette-terminent-106500/7
10/20
Qu'est-ce que la normalité?
Une norme définie par la société?
Qu'est-ce que la société?
Une moyenne de la pensée de tous ses constituants ou une influence sans fondement imposée par une minorité?

La normalité est relative, tout est relatif.
La vérité n'est que le reflet des espérances de la pensée.
Si je dis que les courgettes sont rouges, cela est vrai tant que personne ne vient le contredire. L'être humain ne fait une distinction entre le vrai et le faux, entre le réel et l'imaginaire uniquement pour avoir des repères et ne pas être pris en faux par les événement.

Désolé, ça m'a échappé.
La norme est un moyen de comparer les choses, elle représente seulement une mesure et non un but ou une loi.
L'interprétation de la mesure est laissée à l'observateur et on ne peut considérer qu'un individu est fautif de ne pas être dans la norme car elle ne représente qu'une moyenne.
Maintenant considérons un être dont la nature serait d'être en mal, il ne pourrait continuer à vivre ainsi, car constamment opposé à sa nature il pourrait mener une existence paisible et souffrirait d'un sort peu enviable.
Un état normal serait donc du point de vue de l'être où sa condition ne lui est ni misérable ni extatique, dans un état de quiétude.La nature de l(homme le poussant à la fois à tendre vers son idéal et à s'égarer au moindre vent, l'homme se retrouve coincé entre deux extrêmes qu'il ne peut entrevoir, d'un côté la lumière et le bonheur qui lui sont inaccessibles, de l'autre l'errance et le désespoir qui lui son insupportable et détruirait sa condition. Peut-on dans ce dire que sa situation est injuste? Personnellement je pense que la justice n'existe pas. Qu'elle n'est qu'un leurre de la raison pour combler sa faiblesse et conforter son opinion.
La religion pense que Dieu dans sa toute puissance condamne l'injustice, mais se retrouve dans une impasse lorsqu'elle constate que l'injustice sévit tout de même de par le monde et l'explique par la mention du Mal qui représente le dualisme de la divinité.
D'un autre coté, la justice est considérée de son point de vue moderne comme un idéal de vie accessible par la raison. Pour ma part, je considère que la justice découle certes de la raison, mais que les hypothèses fondamentales sont subjectives et ne sont en aucun cas basée sur un raisonnement objectif,qui est tout au plus statistique. L'individu erre donc à la recherche de fantôme dans le but de justifier son existence, et se refuse à croire que son existence est dénuée de sens et qu'il lui incombe la responsabilité de créer un idéal.

De quoi on parlait déjà?
Je trouve tes deux derniers paragraphes (à partir de "la religion") très intéressants et plus clairs que le début du texte et là je dois reconnaître que je suis d'accord (je ne vais pas approfondir car il commence à se faire tard et je dois me lever pour 11h demain; ce qui, vous en conviendrez, et un horaire parfaitement inacceptable et tyrannique, malheureusement j'ai promis au Soleil de discuter avec lui avant midi, si je ne le fais pas il menace de se cacher derrière la Lune durant 6 mois.

Proposer une réponse

Poser une question Valider des questions
les tshirts QALC